Ecossais dans les sculptures

Drôle de titre pour de la couture, vous allez savoir pourquoi en lisant la suite !

j'avais dans mon placard à tissu, un écossais qui dormait sagement depuis plus d'un an et l'envie d'une robe toute simple 3 trous qui me trottait dans la tête, enfin qui finissait par devenir une obsession depuis longtemps et pas envie de triturer un patron dans tous les sens pour obtenir LA ROBE ! En fouillant dans mes burda, j'ai enfin trouver celle qu'il me fallait, taille 17 (voui, petite stature pour bibi), presque rien à modifier, voici le modèle de base qui provient du Burda octobre 2009, robe n° 116  et grrrrr je m'aperçois qu'il n'est hélas plus disponible...Donc je décris : robe droite, zip milieu dos, pinces dos et devant plus pinces poitrine, décolleté danseuse devant et en V profond accompagné d'un noeud dans le dos.

Mes modifs : je garde le devant tel quel, je refais une encolure danseuse et je vire le noeud pour le dos, trois fois rien, du gâteau pour quelqu'un qui ne veut pas se prendre la tête !

Essayage : impec ! nickel ! elle me gaine comme un Dim ! Ravie je suis ! Et je sens qu'elle va me servir de base pour toute une collection (surtout la robe chinoise, comme dans le film In The Mood for love, vous voyez, le truc sexy en diable qui ne me montre rien mais qui déclenche immédiatement l'étincelle dans les yeux du chéri ..... J'ai le bouquin japonais sur ces robes, mais je les trouvais bien trop larges, j'aime la ligne "crayon", je ne m'inspirarai donc du bouquin que pour les découpes de ces robes chinoises !

La voici donc d'abord sur cintre, admirez mon raccord des carreaux (positionnés aussi impec sur le milieu), j'ai tout vérifié pour cela tombe pile-poil de tous les côtés, pas question de se rater ! Doublure orange pétard que vous verrez sur un prochain billet où je ferai un petit tuto pour la pose de la doublure.

A peine terminée, sitôt enfilée pour se rendre chez des amis très chers pour partager une fin de dimanche et un dîner (une choucroute d'enfer, merci Birgit !), et bien sûr, sur place, impossible de résister au plaisir de traîner au milieu des extraordinaires sculptures de Daniel Grobet et de se laisser envoûter par leurs mouvements sensuels et apaisants et encore plus impossible de résister à l'envie de se faire photographier parmi elles !

mon chéri :

Mon dernier, Jean-Baptiste :

Grande discussion dans la pièce expo de Daniel (qui est sur la gauche) ainsi qu'avec Birgit, sa femme trop charmante (à droite)

J'aime cette photo ( l'incroyable Arbre à oeufs que l'on devine) :

J'ai fait un petit film, dès que Flickr l'a traité, je vous le présente, cela permet de se rendre compte un tout petit peu de la magie des sculptures de Daniel !

Edit du 25/11/09 : Voici le film, très court, juste pour donner une idée !

Mon chéri m'a suggéré une autre version pour cette robe : en velours noir, plus courte et accompagnée d'une graaaaande veste du même tissu, je vois déjà la chose, une veste style doudoune en velours avec un graaaaand col châle et des manches pagodes, mmmmmm !