Fil Helene Point Comme

Fil Hélène Point Comme...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Doubler un haut de robe sans manche

Voilà bien longtemps que je n'avais pas fait un long tuto couture...

J'ai remarqué qu'il y a souvent des prises de tête avec l'ami allemand lors de ses explications, comme je le parle couramment (pas l'allemand même si ce fût ma première langue hélas...Mais le burdaesque, oui, oui, et c'est visiblement une langue compliquée, hihi !)

Pour celles qui veulent de la précision lorsqu'il faut doubler le corsage d'une robe 3 trous (c'est à dire trou pour l'encolure et trous pour les bras!)
C'est valable pour une robe droite ou trapèze et aussi dans le cas de mes photos pour une robe en 2 parties : corsage plus jupe rapportée.

Allez, zou ! C'est parti !

Couper vos pièces dos et devant de la robe et de la doublure, dans ce cas, j'ai 1 dos et 1 devant (2 fois chaque en chambray bleu pour la robe et en popeline écru pour la doublure)car ma fermeture éclair sera sur le coté de la robe (si elle avait été au milieu dos, j'aurai eu alors 3 pièces et le travail suivant aurait été exactement le même).
Faites les pinces si indiqué et épingler tissu et doublure de chaque pièce endroit contre endroit tout autour de l'encolure et des emmanchures.


Coudre le long des emmanchures et de l'encolure en vous arrêtant à environ 2 cm de la ligne de couture d'épaule (mes valeurs de coutures sont toujours de 1,5 cm), pour être sûres et gagner du temps, faites un cran avant de coudre comme sur la photo ci-dessous :


Recoupez toutes les valeurs de couture en ne laissant que 5 mm sauf au bout des épaules et au début des emmanchures comme sur les 2 photos suivantes :




Retournez le dos sur l'endroit SANS repasser !


Glisser le dos à l'intérieur du devant en mettant bien tissu contre tissu et doublure contre doublure (vous aurez donc tissu contre endroit tissu et doublure contre endroit doublure) en faisant sortir les bouts d'épaule de la pièce intérieure

08

Voici ce que cela donne vu de près :


Rabattez les bouts de la doublure pour dégager les bouts en tissu et épinglez-les bien bien bien correctement (Vous avez été bien vigilante sur vos valeurs de couture, hein ?) Différentes vues sur les 3 photos suivantes :




Maintenant vous pouvez coudre ça bien tranquillement, pas de stress !


Vue de l'autre coté une fois la couture faite :


Vous pouvez sortir votre fer à repasser pour écraser les coutures, enfilez une cuiller en bois pour vous aider, vous verrez, cela va tout seul...


Et vous recommencez tout idem avec la doublure :


Là, je n'ai pas mis la cuiller, mais pareil, surtout, utilisez-la !


Vous pouvez alors continuer les coutures d'encolure et d'emmanchures, voici recto et verso :


Vous recoupez les valeurs de couture comme précédemment :


Et maintenant tadaaammm..., vous avez le droit de retourner la chose


Vous ouvrez les cotés, épinglez les pièces tissu-tissu et doublure-doublure endroit contre endroit et faites une couture latérale d'un seul coup comme indiqué sur la 2 ème photo ci-dessous, je préfère toujours ne pas recouper mes valeurs de couture au bout de mes pièces dans ce cas précis, c'est plus sûr si le tissu ou la doublure a tendance à s'effilocher...



Mmmmm.......après le repassage, vous avez le droit de vous extasier ! Je n'ai fait qu'une seule couture latérale car comme je l'ai dit au début, mon zip viendra se loger sur un coté de la robe.

si vous bloquez ou décelez une erreur dans mes explications, n'hésitez pas !

2011 sous le soleil

Hullo les filles, je suis de retour pour vous souhaiter une belle belle joyeuse heureuse productive année 2011 !!

Pour la commencer, un petit retour en arrière sous le soleil de cet été afin de réchauffer ces températures pas sympas qui sévissent en ce moment 8)

Voici enfin quelques photos du mariage d'une de mes belles-soeurs, malheureusement pas de photo chouette de la mariée toute seule, j'ai donc fait du bidouillage :8 , la robe que je lui ai concoctée est en lin trouvé chez MT, patron perso, robe dos-nu, habillée d'un boléro en voile satiné de coton trouvé aussi chez MT, qui était orange à la base et que j'ai teint en gris, coup de bol, il est devenu exactement de la même couleur que ses chaussures ! Le boléro est aussi maison, mais tout bête, juste un grand rectangle cousu aux deux extrémités pour faire les manches, celles-ci froncées et montées sur un poignet mousquetaire entoilé et fermé par des boutons en strass, voyez plutôt :


je crois qu'un petit garçon a une envie pressante hihi :big:



La mariée s'amuse à jouer les Cosettes.... :oD

Il a fallu que je m'habille aussi, problème, j'ai tellement tergiversé que la veille du mariage, il a bien fallu que je trouve une solution, alors vite rebouquinage express de mon tas de Burda et bingo, j'ai trouvé cette merveille toute simple, j'ai passé outre l'obligation burdatesque de n'utiliser QUE du tissu extensible et j'ai eu raison ! Tissu microfibre bien doux et fluide trouvé aussi chez MT, modèle 124 du Burda juillet 2009 :



Je joue à la star, trop fun de faire ça avec un photographe pro ;)




Z'avez-vu les talons de la muerte ? 10 cm !!!!! Et j'ai tenu le coup :))
Voici juste mon serre-cou : un bête collier !



Et une dernière pour le plaisir



Voilà donc ce petit billet pour vous souhaiter de nouveau le meilleur et je tenais aussi à vous montrer 3 filles en folie passant le réveillon ensemble, ce fût joyeux, magique, heureux, même les 2 hommes présents étaient tout mignon, ils ont résisté aux discussions et cris concernant laines diverses et variées, en-cours apportés (si, si, même ce soir là :teeth: ) ! Je suis ravie d'avoir comme copine de coeur Marianne, si douce si généreuse et intarrisable dès que l'on prononce le mot laine :big: , je n'oublie pas son chéri incroyable cuisinier-philosophe (entre autre), et aussi comme maintenant autre copine de coeur Claire, bondissante et pétillante, dont les yeux s'illumine quand on prononce les mots tricot, couture, blog :big: , ravie de vous avoir rencontrée, les filles :huh:



VIVE LES BLOGS :big:

Dernier billet estival et tuto surjeteuse en prime !

Hé oui, les filles, hélas, l'automne pointe son nez, quoique dans le sud, nous sommes privilégiés, fini enfin les températures qui vous mettent dans un état de mollasserie terrible +|

Nous pouvons enfin profiter de tous nos jolis petits gilets en bambou tricoter avec amour cet été :big: , n'est-ce pas les copines ?

Et moi, je peux enfin porter ma robe de plage que vous avez déjà vue et revue partout, ouich, je sais, je ne fûs pas particulièrement inventive cet été en ce qui concerne ma garde-robe :8

Voili, voilà, une bête (très bête) robe dite de plage, fastoche, encore plus fastoche avec une surjeteuse, donc aucun mérite....

J'ai eu la chance de tomber sur un beau jersey chez MT (chose rare chez eux), pile le bleu qui me plait, un bouquin japonais, voui, toujours le même :  et cette fois-ci, c'est le modèle n° 23, et bien sûr j'ai changé quelque peu la forme : la robe original est en forme trapèze, je voulais une robe droite, donc j'ai redessiné tout droit en suivant la ligne droite avant l'évasement des cotés (bon, je suppose que celles qui ont le patron me suivent...:teeth: ) Taille S (cela taille large) avec marge de couture bien sûr !

Version cool, robe de plage, quoi !



Version city !




J'en profite pour vous donner un petit truc pour les amoureuses des belles finitions ;-) , truc que m'a donné un gentil Monsieur (grand manitou du Comptoir Phocéen intraitable sur les finitions :big: ).

Voilà de quoi il s'agit : vous avez sûrement remarqué que quand vous surjetez un truc en rond (bas de manche, ourlet, etc), il faut bien commencer et..finir..et cela finit toujours par une pointe peu esthétique :grmpf: miracle, c'est bête comme chou !

commencez par découpez un rectangle de la même largeur que celle de la bande de tissu qui sera coupé par la machine et à peu près de la longueur nécessaire pour l'encastrer au bord du couteau :



Là, je le fais sur ma parementure de l'encolure :



Encastrez maintenant ce rectangle de la façon suivante (soulevez le pied de biche !)



Commencez à coudre



Et dès que vous arrivez au bout, déviez le tissu pour l'enlever d'un geste franc à 45° (ah oui, il faut faire un petit entraînement, c'est plus sûr ;-) )

Voilà le résultat, c'est plusss bô, non ? 



A bientôt avec un défi de copines pour commencer à fournir la garde-robe automnale !

Petites coutures d'été

Et voilà, c'est reparti pour un tour, vacances trop vite pliées, bouhhhh, mais bien agréables, farniente total au bord de la piscine de ma gentille belle-soeur (seul travail : faire quelques photos, vous les verrez en lisant la suite), deux jours de vadrouille au bord de la belle bleue pour rendre une petite visite à mon sandalier préféré, hé oui, j'ai appris par des amis que le must de la sandale tropézienne n'est pas K. Jacques, mais Rondini ! Nous avions donc craqué, mon chéri et moi, au mois de juillet pour une paire chacun (faite à la main sur commande), les miennes furent totalement parfaites, je ne les ai pas quittées de tout l'été mes bijoux de pied, jugez vous-mêmes :



Mon chéri ayant un joli pied assez fort (heu...non, non, ce ne sont pas les mêmes que les miennes, je vous rassure), les siennes furent trop serrées, une virée chez Monsieur Rondini s'est donc imposée pour qu'il puisse remédier au problème, ce fût chose faite en une nuit, donc couchage obligatoire à ....Saint Tropez...joli bled, mais franchement, je n'y passerai pas mes vacances....trop de luxe tapageur et de bidochons réunis, voir cette foule vautrée chez Sénéquier pour mater des pétasses pèpettes sur des yatchs digne de Dallas, pas pour moi, ça B| ! Bon, j'ai quand même craqué pour une mini tarte tropézienne de chez Maki, faut dire que oui, c'est à mourir ce truc }:) !
Mon rêve de bain de mer s'est transformé en aventure pas terrible : invasion de méduses :ouch: et constatation pas terrible en sortant de la douche : ma serviette immaculée a pris une couleur noirâtre franchement répugnante : ben voui, je n'ai pas pensé qu'à la fin de la saison, la mer est recouverte d'une couche d'huile en tout genre, bouaaaaahhh, finalement, malgré le temps pas terrible du Cotentin et la température de la Manche, je vais finir par regretter ses jolies plages désertes et propres (c'était le lieu de mes vacances enfantines) !
Mais bon, ne crachons pas dans la soupe, l'arrière pays est totalement magnifique, ce fût un dépaysement bienvenu !
Alors, alors, parlons couture, je vais commencer par deux bustiers copiés allègrement et sans honte sur la géniale Souris , avec quelques petites variantes, l'un est pour ma fille en liberty Mitsy, au lieu de la patte de boutonnage, j'ai opté pour une noeud-noeud, ce sont simplement 2 liens cousus à l'élastique intérieur, cela permet un réglage idéal :




Le mien est en tissu japonais, trouvé chez Thé en Avignon , j'ai respecté sa patte de boutonnage, avec de jolis boutons venants de chez Thé aussi (elle a une collection de boutons superbes, introuvables ailleurs que chez elle dans la région !) et j'ai rajouté une ceinture avec un noeud-noeud aussi, mais sur le coté :





Allez, mère et fille ensembles avant que vous ne soyez en overdose !



Passons maintenant aux robettes, j'en ai faite une sur le modèle d'un top japonais issu de ce livre : (n° 273 pour les japan addicts), toujours en Mitsy, toujours de chez Thé, copiée encore sur la Souris, j'adore ce modèle, il fait un dos très sexy :huh: , pas de difficultés, juste faire attention au montage de la petite pièce du haut, c'est un peu délicat à faire :




Accompagnée d'un joli chapeau dégoté chez Monop !



Pour aujourd'hui, je m'arrête là, pas de billet fleuve, celui-ci étant déjà assez fourni ;-) , il y aura un tuto lié à la surjeteuse pour la prochaine robe et j'attends les photos du mariage de ma belle-soeur pour vous dévoiler enfin sa tenue (et la mienne par la même occasion !)

J'oubliais une chose trrrrrrès importante qui m'arrive :bigbig: , certaines me trouveront peut-être mère indigne :8 , mais voilà, après 25 ans de bons et loyaux services, je retrouve ma liberté, oisillons tous envolés du nid !!! Bon dieu, que c'est bon de ne plus avoir à râler contre les wc pourris, le nutella qui traîne, les chambres poubelles et les meutes de copains dans mon salon }:)

Port d'écouteurs recommandé

Dimanche matin, levée tôt de joyeuse humeur car belle journée de couture en perspective, pas de courses à faire, aucun horaire à respecter, chéri étant parti pour un service concert loin, loin dans la montagne, garçons 1 et 2 à la maison, mais suffisamment souples et autonomes pour se nourrir tous seuls }:) (il ne faut jamais compter sur moi quand j'ai une journée couture qui s'annonce), dévolu jeté sur une robe à priori pas trop compliquée, droite, col polo plus un laçage devant, poches passepoilées, col plat, bref, normalement, du gâteau pour bibi.....

BEN NON, pas du tout du baba à la crème le projet ni cupcakesse encore moins pana cotaesque, le patron n°112 du Burda de mai dernier n'est absolument pas en cause, c'est moi, vouiiii, vous lisez bien, MOI...........................

D'abord le tissu choisi, une microfibre polyester noire très agréable au touché (qui fait penser un peu à de la soie lavée, truc très dur à trouver maintenant, d'ailleurs, si l'une d'entre-vous à un tuyau à ce sujet, je prends, je suis une folle dingue de soie lavée), mais franchement difficile à travailler par certains abords : cela commence avec l'épinglage du patron, une épingle sur 3 voulait bien s'enfoncer dans ce grmlbl de tissu (bon, je sais, visiblement émoussées, il faut que je m'en rachète, mais je n'y pense évidemment jamais au moment voulu), bon, le début se passe bien, je ne réfléchis pas, pose du passepoil, puis du fond de poche de chaque coté, RAS (interrompu de quelques coups de tel, c'est ça qui m'a perturbée, rien de grave, je vous rassure, juste chéri qui pestait comme un fou par sms car plantage de son tout bel iphone tout neuf qui s'était mis à chauffer comme un fou), bref, je fends ma première poche, retourne le passepoil et le fond de poche, couds la poche au passepoil et là :grmpf:


C'est fun, non ? :merde:

Vous visualisez bien la situation dans laquelle je me trouve, vous vous rendez vraiment compte ? Défaire de fond de poche le long d'une fine marge de couture avec les angles ouverts au ras de la couture, dans un tissu fluide comme on adore coudre, c'est vraiment chouette comme défi 8O ,

je respire un grand coup, pause george-cloppe s'impose.............. puis je plonge et :pfiou: , voilà

Ce n'est pas joli joli, ce biais en satin est un peu épais et difficile à mettre en forme....J'avoue que je ne suis pas très fière de ma poche, et je ne vous ai pas tout dit : pour la deuxième poche, j'avais tout cousu tête en haut, et oui, mais heureusement la poche n'était pas encore fendue quand j'ai réalisé cette énormissime bourde...puis en piquant la couture de maintien du passepoil, j'ai cousu un bout du fond de poche en même temps :bang:

Enfin, après ces déboires, poches finies, et conseil pour les débutantes de poches passepoilées : toujours coudre la poche avant d'assembler les fonds de poches, obligatoire, il peut y avoir un léger décalage, il vaut mieux retailler un peu les fonds de poche dessus et dessous pour qu'ils soient identiques, plutôt que d'avoir une ouverture qui tire, faite comme ceci :

Et la cerise sur le gâteau des emmerdes (scusez-moi, mais je ne trouve pas de termes plus approprié à la situation), ce tissu a impérativement besoin d'une pattemouille pour le repassage et ne prend que très difficilement les pliures...génial pour le col et tout le reste, et je ne voulais pas de surpiqure....j'ai tenu bon, il n'y a pas de surpiqure, j'ai insisté longteeeeeemps avec mon fer !

pour la suite, ce fut sans problème, heureusement sinon, je pense qu'elle serait passée par la fenêtre cette fichue robe, donc col polo, nickel, patte de laçage devant, nickel, col plat, nickel, manches montée, là, surprise positive car contre toute attente, le soutien de tête de manche s'est fait tout naturellement, je n'ai pas eu à me battre avec les petits plis énervants :oD , patte de manche, nickel, ourlet monté sur le même biais en satin que les poches (j'ai oublié d'en faire une photo) et hop, super robe super extra confortable, je l'aime finalement beaucoup


 petit clin d'oeil à copine Géraldine qui passe à l'arrière-plan (nous venions de plier un piano de concert à Ménerbes dans le Luberon)

Conclusion :Garçon 2 a trouvé le port de ses écouteurs obligatoire devant son ordi, que c'était beaucoup plus reposant que d'entendre mon florilège de juron, du plus léger au plus lourd (très très lourd même)

Pour les propriétaires de ce Burda, j'ai fait deux modifs : suppression des poches à rabats, je trouve que le devant est assez chargé comme ça et j'ai rapproché les pattes de laçage.

Variations sur la robe en jean

Enfin !!!! Je suis de retour ! Je vais commencer par vous résumer ma virée marseillaise avec mes belles-soeurs chéries. Le but était de trouver un modèle pour la robe de mariée de Bernadette (une des soeurs de mon chéri), nous sommes donc parties en vadrouille à Marseille accompagnées de Marie-Jeanne (une autre soeur de mon chéri et oui, il en a plein :big:), mais attention ne vous méprenez pas, il ne s'agit pas d'une vraie robe de mariée, mais d'une robe sympa, classe et qui fera de sa propriétaire la princesse d'un jour ! Premier arrêt chez IKKS, drôle d'endroit me direz-vous pour trouver une telle robe et bien si, bingo, la deuxième robe essayée fit l'unamité immédiate et vu le sourire de Bernadette, il n'en fallait pas plus, choix donc arrêté ! Mission accomplie :cheers:

Je ne vous vendrai pas tout de suite la mèche, des yeux indiscrets peuvent s'attarder sur ce blog, donc motus, vous aurez la réponse.....au mois d'août, si, si !

Il nous restait donc pas mal de temps pour musarder, donc ben voui quoi, direction La Droguerie, heureuse surprise, la boutique est presque vide et nous avons pu délirer pendant près de deux heures et demi, argh, les choix sont toujours cornéliens dans ce genre d'endroit si on veut ménager sa CB :8

Le butin fut intéressant : du bambou à tricoter pour faire le même gilet tout en côtes et à petits manchons, chacune dans sa couleur, j'ai opté pour un beau gris foncé profond : baleine. Ensuite du liberty pour faire des écharpe et un petit haut et des babioles pour boucles d'oreilliser ;)

Nous sommes sorties de là un peu groggy, un peu affamées aussi, donc direction Hôtel Pullman en bord de mer (sur les conseils de mon chéri, il y fait très régulièrement des services concerts avec nos pianos), on ne se refuse rien me direz-vous, ben oui 4 étoiles quand même et bien vous devriez y aller, on peut se régaler d'un club-sandwich tout à fait abordable, d'un service adorable et d'une vue géniale !

Et bien sûr, il nous tardait de sortir nos armes : aiguilles et bambou et ce fût chose faite : tricot-brunch improvisé ! Aucun complexe, moi jamais avec mes aiguilles et vive le tricot libre :bigbig:, la preuve en images :





De retour sur Avignon, je me jette sur mes machines, ha oui, je ne vous ai pas dit, mais depuis peu j'ai deux nouvelles copines Bernina :-D, une belle belle machine à coudre, l'Aurora 440 QE et une SURJETEUSE, la Bernette 800 DL, ouiiiiiiiiiiii ma vie couturistique a changé, c'est le pied j'vous dit, l'Aurora est une petite merveille de technologie, elle possède même un pied spécial pour broder à main libre, plus besoin de le pédale, c'est un système à infra-rouge qui prend le relais, ce sont les mains qui donnent la vitesse, fantastique ce truc ! J'ai commandé tout cela au Comptoir Phocéen, bien connu des habitantes de la région, une équipe en or, un Monsieur Weill sidérant (il crée même des patchworks pour Burda) qui m'a apporté ces petites bêtes chez moi et m'a expliqué pendant plus de deux heures comment les apprivoiser !!!

J'attendais ce moment en trépignant, j'avais coupé une robe chemise en jean qui commençait à se morfondre et voilà, robe assemblée, je vous montre trois façons de la porter (voui, je peux crâner aussi :[[[[[


Tenue de combat pour mettre en place un Steinway de concert :

Pause-déjeuner chez ma copine Aurore qui a un adorable restau bio : Théias à Avignon, portée en manteau de printemps avec un total look liberty dont je vous parlerai lors du prochain billet


Une autre pour le plaisir de vous montrer ce restau-boudoir ravissant, où la cuisine est délicieuse, l'accueil d'Aurore ou de Marie si pétillant donne la pêche et où j'ai l'envie furieuse d'y organiser des sessions tricothé (c'est aussi un salon de thé, d'ailleurs, si cela vous tente, dites-le moi !) :


Et enfin, autre style de tenue de combat : style working-girl devant mon nouveau bôôô rideau que j'ai fait hier et dont je vous parlerai aussi lors du prochain billet ;-)


 z'avez-vu ? J'ai mis mes lunettes, même que c'est la première fois de ma vie que j'en porte (ouichhhh, ce sont les fameuses que l'on porte quand on devient vieille :teeth:) et vous savez quoi ? Je les adore, j'ai enfin réalisé mon phantasme de petite fille 8~

J'oubliais : Patron Avantage d'il y a des lustres, modèle raccourci, jean trouvé chez Hello Tissu à Avignon.